La gestion du temps : la loi c’est la loi

La gestion du temps : la loi c’est la loi ! (partie 1)

Gérer son temps est un art et quelques règles s’imposent. Voici les principes à retenir pour gérer son temps et devenir plus efficace.

satisfaction client- loi de Carlson

Loi de Carlson : limiter les interruptions.

Effectuer un travail en continu prend moins de temps que de la faire en plusieurs fois.

Un travail morcelé demande plus d’énergie et fait perdre en efficacité.

L’économiste suédois Sune Carlson, qui a donné son nom à une loi du temps, a étudié le travail des managers au début des années 50. Il s’est rendu compte qu’un cadre était interrompu dans son travail toutes les 20 minutes en moyenne.

Comment appliquer cette règle au travail :

Limiter les interruptions lorsqu’on travaille à une tâche, pour maximiser l’efficacité.

  • Eloigner les sources de distraction.
  • Couper le téléphone.
  • Fermer votre boîte e-mail.
  • Fermer votre porte.
  • Regrouper les tâches de même nature.
  • Organiser vos journées sur un rythme qui correspond le mieux à vos dispositions mentales selon les moments de la journée.
  • Gérer dans son équipe les « dévoreurs de temps »

 

satisfaction client- loi de Parkison

Loi de Parkinson : fixer vous des délais

Un travail occupe tout le temps prévu pour sa réalisation. Tout travail tend  à se dilater pour remplir le temps disponible.

En 1955, le professeur Cyril Northcote Parkinson a tiré une théorie de son étude de l’administration britannique : tout travail au sein d’une administration augmente jusqu’à occuper entièrement le temps qui lui est affecté

Autrement dit, ce principe appelé loi de la dilatation assure que même si l’on dispose de beaucoup de temps pour accomplir une tâche, on consomme la totalité de ce temps.

Si vous fixez un délai de 5 jours à un collaborateur pour réaliser un travail, il mettra 5 jours, mais si vous lui donnez un mois pour le même projet, il mettra un mois à le rendre.

Comment appliquer cette règle au travail :

  • Estimer le temps requis pour accomplir une tâche de façon à établir un échéancier réaliste.
  • Fixer des délais réalistes pour être efficace.
  • Evaluer le délai en fonction des ressources disponibles.
  • Donner des échéances courtes mais réalisables.
  • Penser agile : des petits sprints produisent plus de résultats que de grands marathons.
  • Décomposer votre travail en plusieurs microtâches, en attribuant à chacune sa propre deadline.
  • Fixer en réunion le qui fait quoi et pour QUAND.

satisfaction client- loi de Murphy

Loi de Murphy : gardez une marge pour l’imprévu. 

Si quelque chose doit mal tourner, c’est ce qui se passera. Autrement dit c’est la loi de l’emmerdement maximum

Une tâche prend toujours plus de temps qu’on ne l’imagine. Et ce qui peut mal tourner tournera mal.

« Anything that can go wrong, will go wrong ».

 

En 1949 Edward A. Murphy Jr, capitaine de l’U.S.Air Force a édicté cette loi. Alors qu’il travaillait sur le projet qui avait notamment pour but de déterminer la décélération maximum qu’un humain peut endurer, il découvrit que les tests étaient faussés, à cause de son assistant qui avait branché à l’envers des capteurs sur le cobaye

Comment appliquer cette règle au travail :

 

  • Surévaluer le temps que vous comptez consacrer à un projet afin de prendre en compte les imprévus.
  • Laisser une marge pour les imprévus
  • Eviter d’enchaîner les rendez-vous sur votre agenda
  • Prévoir des marges de sécurité dans vos timings

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/19/d577939702/htdocs/clickandbuilds/Satisfactionclient/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 399

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *